Intervenants / Speakers

  •  A

Roberta Agnese est allocataire monitrice en philosophie à l’Université Paris-Est Crétéil (UPEC),sous la direction de Fréderic Gros. Elle a obtenu sa licence en Philosophie à l’Université « La Sapienza » à Rome et son Master de recherche à l’EHESS-Paris, sous la direction de François Hartog.
Elle travaille sur les enjeux esthétiques et politiques de la photographie contemporaine, en analysant la représentation des événements contemporains à travers le medium photographique et le rapport entre représentation historique et imagination. Les origines de la photographie et le lien particulier qui s’établit entre photographie et temporalité historique sont également deux domaines importants de ses recherches.

Roberta Agnese is a PhD candidate and teaching assistant (monitrice) in Philosophy at the Paris-EstCréteil University (UPEC), under the supervision of Frédéric Gros. She took her Licence Degree in Philosophy (Aesthetics) at the University « La Sapienza » in Rome and her Master’s Degree at the École des Haute Études en Sciences Sociales in Paris with the historian François Hartog. She works on the aesthetic and political issues of contemporary photography, by analyzing the representation of contemporary events through the photographic medium and the relationship between historical representation and imagination. The origin of photography and the particular connection between photography and historical temporality are two other important domains of her research.

 

  • C

Aline Caillet est Maître de Conférences en esthétique et philosophie de lʼart à lʼUniversité Paris-I Panthéon-Sorbonne (Institut ACTE -UMR CNRS 8218, équipe Æsthetica) où elle est également co-responsable de la galerie Michel Journiac. Elle co-dirige par ailleurs la collection Ouvertures Philosophiques à LʼHarmattan.

Elle est lʼauteur de Dispositifs critiques. Le documentaire, du cinéma aux arts visuels (Presses universitaires de Rennes, 2014) et de Quelle critique artiste ? Pour une fonction critique de lʼart à lʼâge contemporain (Paris, LʼHarmattan, Lʼart en bref, 2008), et a également collaboré entre autres à des ouvrages collectifs (Lieux et non-Lieux de lʼart actuel, Montréal, 2005, De lʼart contextuel aux pratiques documentaires, les formes contemporaines de l’art engagé, Bruxelles, La Lettre volée, 2006, Pratiques transversales et questions politiques, Sylvie Coellier, Louis Dieuzaide (dir.), Presses Universitaires de Provence, 2011), revues dʼart contemporain (ESSE, Voix du regard, Parade, Proteus, Marges…), et catalogues dʼexpositions. Elle collabore également ponctuellement avec des artistes sur des projets spécifiques (Avec Sylvie Blocher et Campement Urbain en 2004, Avec Robert Milin en 2012 pour son film Un espace de L’art ?)

Aline Caillet is a lecturer in Aesthetics and philosophy of Art at the university of Paris 1 Panthéon-Sorbonne where she’s co-directing la Galerie Journiac, the exhibition space of the departement of Visual Arts.

She has recently published Dispositifs critiques. Le documentaire, du cinéma aux arts visuels (Presses universitaires de Rennes, 2014) and before, Quelle critique artiste ? Pour une fonction critique de lʼart à lʼâge contemporain (Paris, LʼHarmattan, Lʼart en bref, 2008). She has also contributed to many collective books (Lieux et non-Lieux de lʼart actuel, Montréal, 2005, De lʼart contextuel aux pratiques documentaires, les formes contemporaines de l’art engagé, Bruxelles, La Lettre volée, 2006, Pratiques transversales et questions politiques, Sylvie Coellier, Louis Dieuzaide (dir.), Presses Universitaires de Provence, 2011), contemporary arts reviews (ESSE, Voix du regard, Parade, Proteus, Marges…) and exhibition catalogues. She also occasionally collaborates with artists for specific projects.

 

Greg Currie est Directeur du Département de philosophie de l’Université de York et travaille principalement dans le champ des arts et de la cognition. Il est membre de l’Académie Australienne des Humanités et ancien membre du St John’s College, Oxford. En 2014, il fut
Professeur invité à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris. Il a largement publié sur le cinéma, à la fois documentaire et de fiction, et écrit actuellement un livre sur les manières par lesquelles nous apprenons, ou devrions apprendre, de la fiction. Son livre le plus récent s’intitule Narratives and Narrators: A Philosophy of Stories, Oxford University Press, 2010.

Greg Currie is Head of Department at the University of York and works mainly in the area of thearts and cognition. He is a Fellow of the Australian Academy of the Humanities and a Past Fellow of St John’s College, Oxford. In 2014 he was a Visiting Professor at L’Ecole Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris. He has published widely on film, both documentary and fiction, and is currently writing a book on the ways we do, or might, learn from fiction. His most recent book is Narratives and Narrators: A Philosophy of Stories, Oxford University Press, 2010.

 

  • D

Jacques Delcuvellerie, metteur en scène, auteur, acteur, pédagogue, Français résidant en Belgique. Fondateur et directeur artistique du Groupov, collectif plurinational d’artistes interdisciplinaires. Il a publié en 2012 : Sur La Limite, Vers La Fin (Repères sur le théâtre dans la société du spectacle à travers l’aventure du Groupov), co-édition Groupov/Alternatives théâtrales. Il a notamment initié, co-écrit et mis en scène : Rwanda 94. Une tentative de réparation symbolique envers les morts à l’usage des vivants (Avignon 1999, création 2000, tournée internationale jusqu’en 2005. Publication aux Éditions Théâtrales), Anathème (Avignon 2005), Un Uomo Di Meno (Fare thee well Tovaritch Homo Sapiens) (Belgique – Théâtre National, 2010). Dernière création L’Impossible Neutralité (Belgique – Festival de Liège, 2015). Enseignant au Conservatoire Royal de Liège depuis 1976, il a animé de nombreux ateliers en Belgique et à l’étranger, et fait partie de la première édition de l’Ecole des Maîtres, fondée par Franco Quadri. Il a ensuite dirigé la session 2002 de cette Ecole en Italie et à Liège. Les travaux du Groupov ont donné lieu à plusieurs films et documentaires.

Jacques Delcuvellerie is a French stage director, author, and pedagogue, based in Belgium. He is the creator and artistic director of the Groupov, a multinational collective of interdisciplinary artists. He published in 2012: Sur la Limite, vers la Fin (Repères sur le théâtre dans la société du spectacle à travers l’aventure du Groupov), Groupov/Alternatives théâtrales. He initiated, co-wrote and directed: Rwanda 94. Une tentative de reparation symbolique envers les morts à l’usage des vivants (Avignon 1999, created in 2000, international touring until 2005, published by Editions Théâtrales), Anathème (Avignon 2005), Un Uomo di Meno (Fare thee well Tovaritch Homo Sapiens) (Belgique – Théâtre National 2010). Last creation: L’Impossible Neutralité (Belgique – Festival de Liège 2015). Teaching at the Conservatoire Royal de Liège since 1976, he has directed many workshops in Belgique and abroad, and is member of the first edition of the Ecole des Maîtres, founded by Franco Quadri. He directed the 2002 session of this Ecole in Italy and in Liège. The works of the Groupov have led to several movies and documentaries.

 

  • F

Arild Fetveit is associate professor in the Department for Media, Cognition and Communication,University of Copenhagen. He has published in the field of reception studies, reality TV, convergence, medial noise, music video and digitalization of film and photography as well as written a dissertation on the discursive possibilities between documentary and fiction film. He is currently directing the research project The Power of the Precarious Aesthetic.

Arild Fetveit is associate professor in the Department for Media, Cognition and Communication, University of Copenhagen. He has published in the field of reception studies, reality TV, convergence, medial noise, music video and digitalization of film and photography as well as written a dissertation on the discursive possibilities between documentary and fiction film. He is currently directing the research project The Power of the Precarious Aesthetic.

 

Antony Fiant est professeur en études cinématographiques à l’université Rennes 2. Il travaille surla question du cinéma contemporain soustractif, qu’il soit de fiction ou documentaire, collabore à plusieurs revues de cinéma (Trafic, Positif et Images Documentaires) et est l’auteur de trois essais : (Et) Le cinéma d’Otar Iosseliani (fut) (2002, L’Âge d’Homme), Le cinéma de Jia Zhang-ke. No future (made) in China (2009, Presses Universitaires de Rennes), Pour un cinéma contemporain soustractif (2014, Presses Universitaires de Vincennes). Il a aussi coordonné plusieurs ouvrages collectifs dont : avec David Vasse, Le cinéma de Hou Hsiao-hsien : espaces, temps, sons (PUR, 2013), avec Pierre-Henry Frangne et Gilles Mouëllic, Les œuvres d’art dans le cinéma de fiction (PUR, 2014).

Antony Fiant is lecturer in film studies in Rennes 2 university. He works on the question of substractive and contemporary films, wherever they are fictional narratives ou documentary movies. He contributes to some reviews (Trafic, Positif and Images Documentaires) and has written three essays : (Et) Le cinéma d’Otar Iosseliani (fut) (2002, L’Âge d’Homme), Le cinéma de Jia Zhang-ke. No future (made) in China (2009, Presses Universitaires de Rennes), Pour un cinéma contemporain soustractif (2014, Presses Universitaires de Vincennes). He also coordinated some collective works such as : with David Vasse, Le cinéma de Hou Hsiao-hsien : espaces, temps, sons (PUR, 2013), with Pierre-Henry Frangne and Gilles Mouëllic, Les œuvres d’art dans le cinéma de fiction (PUR, 2014).

 

  • G

Jane Gaines est professeur en études filmiques à l’université de Columbia et l’auteur de deux livres primés Contested Culture: The Image, the Voice, and the Law, et Fire and Desire: Mixed Race Movies in the Silent Era; et du livre à paraître Historical Fictions, une critique du “tournant historique” dans le champ des études filmiques et médiatiques. Elle poursuit également ses écrits sur l’histoire de la propriété intellectuelle (et des implications de la piraterie contemporaine), la théorie documentaire et le costume et le corps. Elle co-dirige avec Francesco Casetti le séminaire permanent sur les histoires des théories filmiques.

Jane Gaines is Professor of Film, Columbia University, and the author of two award-winning books, Contested Culture: The Image, the Voice, and the Law, and Fire and Desire: Mixed Race Movies in the Silent Era, and the forthcoming Historical Fictions, a critique of the “historical turn” in the field of film and media studies. She continues to write as well on the history of intellectual property (with implications for contemporary piracies), documentary theory, and costume and body. With Francesco Casetti, she is co-chair of the Permanent Seminar on the Histories of Film Theories.

 

Evgenia Giannouri enseigne la théorie et l’esthétique du cinéma à Paris 3 et à Paris 8. Ses recherches actuelles portent sur les rapports entre le cinéma et la culture visuelle, la forme documentaire et ses écritures contemporaines ainsi que sur l’attrait de la nature dans les films américains contemporains. Ses publications, notamment sur la « forme-balade » dans le travail de Victor Burgin, la « vague du bizarre » dans le cinéma grec contemporain, et les rapports entre architecture, sculpture et montage (Bernard Tschumi/ Robert Smithson/Serguei Eisenstein) sont apparues en France, en Italie et en Grèce. Parallèlement elle pratique une activité de critique et de programmatrice de films. Elle a réalisé deux courts-métrages et elle est co-fondatrice du collectif Le Silo.

Evgenia Giannouri is Lecturer in Film Theory and Aesthetics at the University of Paris 3 and Paris 8. Current research interests include the appeal of nature in contemporary American film, the study of the “Weird Wave” in Greek cinema as well as the “Documentary Turn” in contemporary visual art. She has published the book chapters “Le Yucatan de S.M. Eisenstein, Robert Smithson et John Lloyd Stephens” (in Que Viva Mexico ! Anthropologie, Archéologie, Modernité, eds Laurence Schifano and Antonio Somaini, Paris, 2014), “D’architecture et de montage” (in Cinéma muséum. Le musée d’après le cinéma, eds Barbara Le Maître and Jennifer Verraes, Paris, 2013), “Souvenirs d’une forme-balade” (in Victor Burgin. Objets Temporels, eds Nathalie Boulouch, Valérie Mavridorakis and David Perreaux, Rennes, 2007). She is cofounder of the Silo, a collective dedicated to the moving image, cinema and the visual arts.

 

  • I

Sandra Iché a suivi des études d’Histoire et de Sciences politiques (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne ; publication juin 2009 : « L‘Orient-Express, chronique d’un magazine libanais des années 1990 », IFPO, Beyrouth – http://ifpo.revues.org/631), et une formation professionnelle dans les domaines de la danse, de la chorégraphie et de la performance (Performing Art Research and Training Studios 2004-2006 ; interprète permanente de la Compagnie Maguy Marin/Centre Chorégraphique National de Rillieux-La-Pape 2006-2010). Elle mène ses activités de chorégraphe et de chercheuse depuis l’association Wagons Libres (www.wagonslibres.org), questionnant les modalités de « fabrication » de l’Histoire, de sa mise en récit (création scéniques : Wagons libres, 2012 ;Variations orientalistes, 2014). En 2013, elle est lauréate du programme « Hors les murs » de l’Institut français. Elle intervient régulièrement dans différents contextes pédagogiques, notamment à l’Académie libanaise des Beaux-Arts de Beyrouth (ALBA) et à l’Université de Danse et de Cirque de
(DOCH – département New performative practices). Elle vit entre Beyrouth, où elle co-fonde Mansion, maison collective d’artistes, chercheurs, activistes (http://mansionblatt.blogspot.com/), et Lyon, où elle est membre fondatrice de LIEUES, espace expérimental de recherche et de création artistique (http://lieues.blogspot.fr/), et de rodéo, revue pluridisciplinaire, plateforme de rencontres entre pratiques académiques et artistiques (http://www.revue-rodeo.fr/).

Sandra Iché has studied history and political sciences (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne; she has published in 2009: “L’Orient-Express, chronique d’un magazine libanais des années 1990” IFPO, Beyrouth – http://ifpo.revues.org/631) and was professionnaly trained in dance, choreography and performance (Performing Art Research and Training Studios 2004-2006; permanent performer in the Compagnie Maguy Marin/Centre Chorégraphique National de Rillieux-La-Pape 2006-2010). She works as a choreographer and as a researcher with the association Wagons Libres (www.wagonslibres.org), interrogating the ways of constructing and narrating History (scenic works: Wagons libres, 2012; Variations orientalistes, 2014). In 2013, she was a laureate of the program “Hors les murs” of the Institut français. She is regularly teaching in various contexts, especially at the Académie libanaise des Beaux-arts of Beirut (ALBA) and at the University of Dance and Circus in Stockholm (DOCH – department of New performative practices). She lives between Beirut, where has co-founded Mansion, a collective place for artists, researchers and activists (http://mansionblatt.blogspot.com/), and Lyon, where she is a founding member of LIEUES, experimental space for research and artistic creation (http://lieues.blogspot.fr/), and of rodéo, a pluridisciplinary journal, platform of encounters between academic and artistic practices (http://www.revue-rodeo.fr/).

 

  • J

Docteur en études cinématographiques de l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et programmateur, Bidhan Jacobs s’est spécialisé dans les rapports entre technologie, idéologie et esthétique. Actuellement chargé de cours à Paris 3, il été ATER à l’Université Lyon 2 et dans les écoles de cinéma Georges Méliès, CLCF et l’Ecole de la Cité, collaborateur à La Furia Umana, Débordements et Turbulences vidéo, et co-directeur avec Nicole Brenez de l’ouvrage collectif Le cinéma critique. De l’argentique au numérique, voies et formes de l’objection visuelle (Publications de la Sorbonne, 2010).

Doctor from Paris 3 – Sorbonne Nouvelle University and curator, Bidhan Jacobs is specialized in relations between technology, ideology and aesthetic. Currently teaching at Paris 3, he was Teaching and Research Fellow at Lyon 2 University and in the schools of cinema Georges Méliès, CLCF and l’Ecole de la Cité, redactor at La Furia Umana, Débordements and Turbulences vidéo, and coeditor with Nicole Brenez of the collective book Le cinéma critique. De l’argentique au numérique, voies et formes de l’objection visuelle (Publications de la Sorbonne, 2010).

 

  • L

Jacinto Lageira est professeur en esthétique et en philosophie de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et critique d’art. Il a notamment publié : L’image du monde dans le corps du texte (I, II), La Lettre volée, 2003 ; L’esthétique traversée – Psychanalyse, sémiotique et phénoménologie à l’œuvre, La Lettre volée, 2007 ; La déréalisation du monde. Fiction et réalité en
conflit, éd. J. Chambon, 2010 ; Cristallisations (monographie Jean-Marc Bustamante), éditions Actes Sud, 2012 ; Regard oblique. Essais sur la perception, La Lettre volée, 2013.

Jacinto Lageira is professor in aesthetic and philosophy of art at the University Paris 1 Panthéon-Sorbonne, and also and art critic. Il a particularly published : L’image du monde dans le corps du texte (I, II), La Lettre volée, 2003 ; L’esthétique traversée – Psychanalyse, sémiotique et phénoménologie à l’œuvre, La Lettre volée, 2007 ; La déréalisation du monde. Fiction et réalité en conflit, éd. J. Chambon, 2010 ; Cristallisations (monographie Jean-Marc Bustamante), éditions Actes Sud, 2012 ; Regard oblique. Essais sur la perception, La Lettre volée, 2013.

 

Emmanuelle Léonard. Née en 1971 à Montréal, où elle vit et travaille, Emmanuelle Léonard détient un Baccalauréat de l’Université Concordia et une Maîtrise de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Son travail a été présenté au cours de nombreuses expositions individuelles et collectives, notamment au Musée d’art contemporain de Montréal, à la Kunsthaus Dresden et au Neuer Berliner Kunstverein (Allemagne),  à la Art Gallery of Ontario, Toronto,  à Optica et au Centre de l’image contemporaine – VOX (Montréal), à la galerie Mercer Union (Toronto), pour Le Mois de la photo à Montréal, à L’Œil de Poisson (Ville de Québec) et au Centre d’exposition de St-Hyacinthe – Expression.
L’artiste est sélectionnée pour participer à la Triennale Québécoise de 2011 présentée au Musée d’art contemporain de Montréal et son travail a été montré au Fresnoy – Studio National des Arts Contemporains (Tourcoing) en 2013 à l’occasion de l’exposition À Montréal, quand l’image rôde, dirigée par Louise Déry. Emmanuelle Léonard a effectué des résidences d’artistes à la Villa Arson (France), à la Fondation Christoph Mérian (Suisse) et à la Fondation finlandaise de résidences d’artistes (Finlande). Récipiendaire du prix Pierre-Ayot 2005, elle a également été nominée pour le Grange Prize en 2012 et arrive finaliste du premier prix d’Art Contemporain du Musée National des Beaux-Arts du Québec en 2013 et du prix Louis-Comtois en 2014.
Son travail est actuellement exposé dans le cadre de la Biennale de Montréal – BNLMTL 2014, commissariée par Peggy Gale, Gregory Burke, Lesley Johnstone et Mark Lanctôt et présenté à l’occasion de l’exposition Bande à part / Kids these days, dirigée par Zoë Chan, à la Foreman Art Gallery de l’Université Bishop’s, à Lennoxville. Elle enseigne la photographie à l’Université de Sherbrooke.

Emmanuelle Léonard. Born in 1971 in Montréal, where she lives and works, Emmanuelle Léonard is graduated of Concordia University and the UQAM – University of Québec in Montréal. Her work has been featured in many solo and group exhibitions, such as at the MACM – Museum of Contemporary Art, Montréal;   à la Art Gallery of Ontario, Toronto; Kunsthaus Dresden, Germany; Neuer Berliner Kunstverein, Berlin, Germany; Optica, Montréal; VOX – Contemporary image center, Montréal; Mercer Union, Toronto; Art Gallery of Ontario, Toronto; Gallery 44, Toronto;  France; Le Mois de la Photo, Montréal (2001); L’Œil de Poisson, Québec City; Expression – Contemporary Art Event of St-Hyacinthe.
She took part in The Québec Triennial at the MACM – Montréal Museum of Contemporary Art (2011) and her work was included in the exhibition À Montréal, quand l’image rôde, curated by Louise Déry at Le Fresnoy – National Contemporary Arts Studio, Tourcoing, France (2013). She has been awarded residencies at Villa Arson, Nice, France; the Christoph Merian Foundation, Basel, Switzerland; the Finnish Artists’ Studio Foundation, Espoo, Finland. Emmanuelle Léonard was the recipient of the Pierre-Ayot Award (2005). She also was nominated for the Grange Prize, AGO – Art Gallery of Ontario (2012) and was a finalist for the first Contemporary Art Award of the MNBAQ – Québec National Museum of Fine Arts (2013) and for the Louis-Comtois Award (2014).
Her work is actually presented in the BNLMTL 2014 – The Montréal Biennial, curated by Peggy Gale, Gregory Burke, Lesley Johnstone and Mark Lanctôt and in the exhibition Bande à part / Kids these days, curated by Zoë Chan, Foreman Art Gallery of Bishop’s University, Lennoxville. She teaches photography at Sherbrooke University.

 

  • M

Judith Michalet est docteure en philosophie, chargée de cours à l’UFR 4 Centre Saint-Charles de l’Université Paris 1, ses travaux portent principalement sur les philosophies deleuzienne et deleuzo-guattarienne, et sur les enjeux esthétiques de leurs positions ontologiques, éthiques et cliniques. Ses articles proposent des confrontations de la pensée deleuzienne du corps, de la différence et de la stylisation de l’existence, à d’autres approches philosophiques : « La Chair merleau-pontienne comme “plissement du Dehors” » (2011) ; « Transductive ou intensive ? Penser la différence entre Simondon et Deleuze » (2013) ; « La vie comme œuvre d’art. Formes d’existence et espaces de liberté chez Foucault et Deleuze » (2013). Ses recherches abordent l’articulation des rapports entre sujet et pouvoir, champ psychique et champ social, telle qu’elle se configure dans des formes plastiques et des dispositifs critiques de la création artistique contemporaine et telle qu’elle est problématisée par certaines pensées généalogistes et émancipatrices actuelles.

Judith Michalet is asssociate lecturer in Centre Saint Charles – Université Paris 1. After a Ph.D in philosophy of University Paris 1, her current research focuses on Deleuzian and Deleuzian-Guattarian philosophy and on the aesthetic issues of their ontological, ethical and clinical positions. She has written several articles confronting the Deleuzian conception of the body, the difference and the stylization of existence with other philosophical approaches : « The Flesh as the Folding of the Outside. Deleuze’s Reading of the last Merleau-Ponty » (2011) ; « Transductive or Intensive ? The Difference between Simondon and Deleuze (2013) ; « Life as a work of art. Shapes of Existence in Foucault and Deleuze Philosophy » (2013).  She also works on the relations between the subject and power, the psychic and the social fields, such as they are expressed in plastic forms and in the critical approaches of contemporary artists, and such as they are problematized by certain present genealogist and emancipatory thinkers.

 

  • N

Ophélie Naessens est docteur en Arts Plastiques de l’Université Rennes 2. Elle a soutenue en 2013 sa thèse intitulée Des Portraits des Histoires – La parole vivante dans les pratiques artistiques desannées soixante-­dix à nos jours. Ses recherches actuelles ainsi que sa pratique artistique explorent les modalités de représentation d’une parole donnée à travers des processus d’enquête et lacréation d’espaces de parole/espaces d’écoute (vidéos, installations, mises en scène etperformances). Elle est actuellement ATER en Arts Plastiques à l’Université Rennes 2.

Ophelie Naessens has a PhD in Fine Arts from the University of Rennes 2. She defended in2013 her thesis entitled The Portraits of Stories ­ The Living Word in artistic practices from theseventies to the present. His current research and artistic practice explores the representation of a given speech through investigation processes and the creation of forums / listening spaces (videos, installations and performances). She is currently temporary assistant teaching and research in Fine Arts at the University of Rennes 2.

 

Annelies van Noortwijk est professeur des Universités au département Arts, Culture études médiatiques à l’Université de Groningen (Pays-Bas), où elle enseigne l’étude filmique, la littérature et l’histoire et la théorie de l’art. Ses recherches se concentrent sur le documentaire contemporain et le journalisme, avec un intérêt particulier pour les questions relatives à l’engagement, la résistance et l’éthique ainsi que la pénétration du discours artistique dans des formes d’art non traditionnelles. Elle travaille actuellement sur le projet d’une représentation de la vie dans le documentaire contemporain.

Annelies van Noortwijk works as a senior lecturer for the department of Arts, Culture and Media studies at the University of Groningen (the Netherlands). She teaches film studies, literature and art history & theory. Her research concentrates on contemporary documentary and journalism with a specific interest in questions of engagement, resistance and ethics and the penetration of the artistic discourse into nontraditional forms of art. She is currently working on a project on life-representation  in contemporary documentary (http://www.rug.nl/staff/a.van.noortwijk/index).

 

  • P

Françoise Parfait est Professeure des Universités en Arts et médias à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Membre de l’Institut ACTE-UMR CNRS 8218. Artiste. A publié de nombreux textes sur la vidéo et les images temporelles et leur réception (Vidéo: un art contemporain, Regard, 2001; catalogue Collection Nouveaux Médias/Installations, Centre Pompidou / Musée national d’art moderne, 2006 ; catalogue David Claerbout – The Shape of Time, JRP/Ringier, 2008). Membre fondateur du collectif Suspended spaces (2007) plateforme de recherche en arts qui s’intéresse à des espaces géopolitiques hérités de la modernité dont l’histoire et le devenir sont « incertains ». A co-dirigé les trois premières publications de ce projet : Suspended spaces # 1 Famagusta, Black Jack éditions, 2011. 328 pages. (Version française et version anglaise). Suspendedspaces # 2 Une expérience collective, Black Jack éditions, Paris/Bruxelles, 2012, 272 pages. (Bilingue français/anglais). Suspended spaces # 3 Inachever la modernité, Éditions de l’École des Beaux-Arts de Paris. (Bilingue français/anglais).

 Françoise Parfait is a professor in arts & digital medias at the University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne, member of the l’Institut ACTE-UMR CNRS 8218. She’s also an artist. She has published many papers about the video and the temporal images and their reception (Vidéo: un art contemporain, Regard, 2001; catalogue Collection Nouveaux Médias/Installations, Centre Pompidou / Musée national d’art moderne, 2006 ; catalogue David Claerbout – The Shape of Time, JRP/Ringier, 2008). She is a co-founding member of the collective Suspended spaces (2007), platform of research in arts which explores some geopolitics spaces inherited from the modernity and for which, history and future are « uncertain ». She has co-directed the three first volumes of this project, which are all bilingual french/english : Suspended spaces # 1 Famagusta, Black Jack éditions, 2011. 328 pages. Suspendedspaces # 2 Une expérience collective, Black Jack éditions, Paris/Bruxelles, 2012, 272 pages. Suspended spaces # 3 Inachever la modernité, Éditions de l’École des Beaux-Arts de Paris.

 

Frédéric Pouillaude est maître de conférences en philosophie de l’art à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2007. Il est l’auteur d’un ouvrage consacré à la danse, Le Désœuvrement chorégraphique. Etude sur la notion d’œuvre en danse, Paris, Vrin, 2009, ouvrage en cours de traduction pour Oxford University Press. Depuis 2013, il est membre junior de l’Institut universitaire de France pour un projet de recherche consacré aux liens entre art et pratiques documentaires.

Frédéric Pouillaude is Associate Professor in philosophy of Art at Paris-Sorbonne University since 2007. He wrote a book on dance, Le Désœuvrement chorégraphique. Etude sur la notion d’œuvre en danse, Paris, Vrin, 2009, which is currently in translation process for Oxford University Press. Since 2013, he is a junior member of the Institut universitaire de France for a research project on art and documentary practices.

 

Soko Phay est maître de conférences – HDR en histoire et théorie des arts à l’Université Paris 8 et à l’EHESS. Elle a consacré plusieurs articles et dirigé des ouvrages collectifs sur l’esthétique du miroir dans l’art contemporain et sur les relations entre arts et crimes de masse. Publications récentes : Cambodge, l’atelier de la mémoire (Editions Sonleuk Thmey, 2010), Cambodge, le génocide effacé, en collab. avec Pierre Bayard (Cécile Défaut, 2013), « Un génocide sans images ? La peinture de Vann Nath face à l’aveuglement », in Emmanuel Alloa et Stefan Kristensen (dir.), Témoignage et survivance, (MetisPresse, 2014). Elle a également co-réalisé avec Pierre Bayard un documentaire Vann Nath, le peintre-mémoire (2013), produit par le Centre Bophana et le Labex Arts H2H.

Soko Phay is associate professor in History and theory of arts at the university Paris 8 and in the EHESS. She has written several papers and directed collective books on the aesthetic of the mirror in the contemporary art and on the relations between arts and mass murders. Among this last publications: Cambodge, l’atelier de la mémoire (Editions Sonleuk Thmey, 2010), Cambodge, le génocide effacé, en collab. avec Pierre Bayard (Cécile Défaut, 2013), « Un génocide sans images ? La peinture de Vann Nath face à l’aveuglement », in Emmanuel Alloa et Stefan Kristensen (dir.), Témoignage et survivance, (MetisPresse, 2014).  She has also co-directed with Pierre Bayard a documentary Vann Nath, le peintre-mémoire (2013), produced by the Centre Bophana and the Labex Arts H2H.

 

  • R

Emmanuel Reymond est doctorant contractuel chargé de cours en littérature comparée à l’Université Paris 8 sous la direction de Lionel Ruffel. Sa thèse porte sur les pratiques énonciatives et institutionnelles de l’écriture du lieu dans les espaces poétiques français et norvégien contemporain, en se centrant plus particulièrement sur les textes de Jean-Marie Gleize et Tomas Espedal. Cela fait suite à un master portant sur les différentes formes d’écriture du vitalisme dans la littérature narrative durant la période Moderniste. Il travaille également sur les discours littéraires autographiques à partir de leur rapport à la sincérité et à la honte.

Emmanuel Reymond is a PhD student in comparative literature at Université Paris 8 under the direction of Lionel Ruffel. His thesis centers on the discursive and institutional ways of writing the place in contemporary French and Norwegian poetic spaces, focusing particularly on the texts of Jean-Marie Gleize and Tomas Espedal. It follows a master on the writing of vitalism in narrative literature during the Modernist period. He also works on literary autographic discourse through their relationship with sincerity and shame.

 

  • S

Sylvie Rollet est professeure en Études cinématographiques à l’université de Poitiers (après avoir enseigné à l’université de la Sorbonne nouvelle), elle codirige le programme de recherche inter-universitaire « Théâtres de la mémoire », consacré aux relations entre images mouvantes et processus mémoriels. Sur la représentation cinématographique des traumatismes historiques du XXe siècle, elle a récemment publié Une éthique du regard : le cinéma face à la Catastrophe, d’Alain Resnais à Rithy Panh, Hermann, 2011, et codirigé deux ouvrages collectifs Paysages et Mémoire : cinéma, photographie, dispositifs (Presses Sorbonne Nouvelle, 2014) Théâtres de la mémoire, mouvement des images (Presses Sorbonne Nouvelle, 2010). Ses recherches portent, en particulier, sur l’œuvre de cinéastes hongrois, russes, caucasiens ou originaires des Balkans.

Sylvie Rollet is professor in film studies at the University of Poitiers (she previously taught at the Sorbonne Nouvelle University),  she is jointly responsible for « Theaters of Memory », an interuniversity research program on the relationship between moving images and memory. On filmic representation of historical traumas of the twentieth century, she has recently published Une éthique du regard : le cinéma face à la Catastrophe, d’Alain Resnais à Rithy Panh (Hermann, 2011), and co-edited two collections of essays : Paysages et Mémoire : cinéma, photographie, dispositifs (Presses Sorbonne Nouvelle, 2014) Théâtres de la mémoire, mouvement des images (Presses Sorbonne Nouvelle, 2010). Her research is devoted, in particular, to the works of Hungarian, Russian, Caucasian and Balkan filmmakers.

 

  • V

Øyvind Vågnes (docteur en 2007) est essayiste, universitaire et éditeur de revue. Il poursuit actuellement un post-doctorat autour du projet de recherche « le pouvoir de l’esthétique précaire ». Il a publié de nombreux textes autour de la culture visuelle. Parmi les plus récents : « Lessons from the Life of an Image: Malcom Browne’s Photograph of Thich Quand Duc’s Self-Immolation » dans Franck Guérin (éd.), On Not Looking : The Paradox of Contemporary Visual Culture (Londres, Routledge, 2015) ; Zaprudered: The Kennedy Assassination Film in Visual Culture (Presses université du Texas, 2011), ce dernier a reçu la mention honorable au Prix des éditeurs américains pour l’excellence professionnelle et scientifique en 2012.

Øyvind Vågnes (PhD 2007) is a writer, scholar and journal editor, currently holds a postdoctoral fellowship with the research project The Power of the Precarious Aesthetic. He has published widely on visual culture; among his most recent publications are « Lessons from the Life of an Image: Malcolm Browne’s Photograph of Thich Quang Duc’s Self-Immolation », in Frances Guerin, ed., On Not Looking: The Paradox of Contemporary Visual Culture (London: Routledge, 2015), and Zaprudered: The Kennedy Assassination Film in Visual Culture (University of Texas Press, 2011), which received honorable mention at the American Publishers Awards for Professional and Scholarly Excellence in 2012.

 

 

  • Z

Kathrin-Julie Zenker est metteur en scène et docteur en arts du spectacle. Après des études à l’Institut supérieur des arts de la scène (INSAS, Bruxelles) ainsi qu’à l’école de théâtre Ernst Busch (Berlin), où elle collabore respectivement avec l’écrivain Jean-Marie Piemme et le metteur en scène Manfred Karge, Kathrin-Julie Zenker crée plusieurs spectacles documentaires, notamment Le silence rouge au sujet de la Fraction armée rouge, ainsi que la performance Résistance(s). Sa recherche porte principalement sur la question du jeu d’acteur au sein de dispositifs scéniques documentaires et plus philosophiquement sur la question de la relation entre réel et esthétique. Elle enseigne depuis plusieurs années à l’université de Nice Sophia Antipolis.

Kathrin-Julie Zenker, PhD in performing arts, is a German theatre director. She has been working in France since 2005, teaching theatre at the university of Nice Sophia Antipolis. After studying at the Institut supérieur des arts de la scène (INSAS) in Brussels and the Ernst Busch National German theatre school in Berlin, where she worked respectively with the writer Jean-Marie Piemme and the director Manfred Karge, Kathrin-Julie Zenker produces several documentary performances. The work “Le silence rouge” (The red silence) focuses on the problem of physical violence within the RAF (Red army faction). Her more recent creation  “Résistance(s)” (Resistances) deals with the relation between fascism and mass medias.Kathrin-Julie Zenker’s research deals with the place of the actor in contemporary art and in a more philosophical perspective, with the confrontation of reality and esthetics.

 

Marie-Jeanne Zenetti est docteur en littérature comparée, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2, où elle enseigne la littérature française contemporaine, et membre de l’équipe Passages XX-XXI. Elle a publié Factographies, l’enregistrement littéraire à l’époque contemporaine (Classiques Garnier, 2014) et codirigé le numéro 166 de la revue Littérature consacrée aux « Usages du document en littérature » (2012).

Marie-Jeanne Zenetti holds a PhD in comparative literature and teaches French contemporary literature as an assistant professor at Université Lumière Lyon 2. She recently published a book on factographies, contemporary forms of literary recording (Factographies, l’enregistrement littéraire à l’époque contemporaine, Classiques Garnier, 2014) and co-edited the issue of Litterature entitled « Usages du document en littérature » (2012).


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s